Karim Benyekhlef parle d’IA et Justice dans la nouvelle plateforme numérique de Radio-Canada – RAD

Des juges-robots au tribunal : entre fiction et appréhension

Par Mathieu Papillon, 3 juill. 2018

Des juges qui se basent sur l’intelligence artificielle pour décider de la peine à imposer. Un robot conversationnel qui aide à déterminer si vous devez porter un cas devant la justice. Deux scénarios encore hypothétiques chez nous, mais qui ne relèvent certainement pas de la fiction.

Quarante-cinq chercheurs internationaux rassemblés à Montréal viennent d’ailleurs d’entamer un projet de recherche de six ans qui vise à améliorer l’accès à la justice par l’entremise d’outils d’intelligence artificielle. Le Barreau du Québec a aussi créé, au cours de la dernière année, un comité de réflexion qui a pour mandat de commencer à préparer une possible arrivée de l’intelligence artificielle dans nos salles de cour.

(…)

Les adjoints juridiques qui, entre autres, font ces recherches risquent-ils ainsi de perdre leur emploi? « Peut-être qu’à terme, oui, certains vont perdre leur emploi, répond Karim Benyekhlef, directeur du Laboratoire de cyberjustice. Il faudra donc envisager pour ceux-ci une reconversion qui pourrait passer notamment par la contribution au développement d’outils de cette nature. »

Au-delà des chambardements qu’ils pourraient créer, ces outils très performants pourraient aussi permettre un meilleur accès à la justice, selon le bâtonnier du Québec.

Pour lire tour l’article…

 

Ce contenu a été mis à jour le 3 juillet 2018 à 11 h 25 min.

Commentaires

Laisser un commentaire